Passage du train en hiver

Les éditions « Varia poetica » ont l’immense plaisir de vous annoncer la sortie du livre: « Passage du train en hiver » sur une poésie d’Emmanuel Merle

Agrémentée de 9 reproductions
Aquarelles de Nicole PESSIN.
Impression numérique sur papier ivoire 120 g.
Sous une couverture originale de Nicole PESSIN
Format : 21 x 15cm.
Edition numérotée à 33 exemplaires et signée par les auteurs.
Achevé en décembre 2018 pour le compte et le plaisir
des éditions Varia poetica
Saint-Laurent-du-Pont (Isère)

PASSAGE DU TRAIN EN HIVER (1)
© Adagp, Paris, 2017

passage-du-train-en-hiver-2.jpg


PASSAGE DU TRAIN EN HIVER (4)

Prologue

L’hiver est un tableau, une vitre derrière laquelle le monde découpe des silhouettes essentielles : un arbre, le contour d’un lac, un oiseau exilé, quelques couleurs définitives mais abandonnées. L’hiver est la saison de ce qui reste, malgré tout. Et, tout à coup, surgit le train, comme un espoir, d’abord différé, puis dont le grondement enfle jusqu’à tout emporter. C’est l’enfance qui revient.


PASSAGE DU TRAIN EN HIVER (5)

La barrière sur le tableau n’arrête pas le regard
n’empêche pas le geste de l’œil

Au-delà la neige paraît plus blanche
Le lit de la terre n’est pas encore défait

Les corbeaux font un motif royal sur les draps
de l’hiver, chacun à distance de l’autre.

Leurs pas reproduisent une légère couture
comme celle de ces vieux draps dans l’armoire

reprisés une fois de plus – le tissu est sacré –
parce qu’un drap ravaudé c’est un corps

presque vivant, et la neige est couturière
qui sait, de la brindille jusqu’au chemin,

faufiler un matin neuf.

PASSAGE DU TRAIN EN HIVER (6)

S’il neige encore, si plus rien n’existe,
quand le mur blanc ruinera la perspective,
je serai encore là, derrière la fenêtre,
disparaissant moi aussi de ma conscience.
Tout attendra.

Quelque part dans le temps un oiseau
surpris se posera sur le tableau,
comme une serrure invente une porte,
quelque chose reprendra son cours,
une minuscule épaisseur sombre,
une trace qu’on croira salir le carreau.

Ailleurs dans le temps
deux doigts maigres secoueront la cendre
immaculée qui les recouvrait,
ils surgiront comme après l’avalanche,
deux branches d’un arbre camouflé
troueront le tableau de l’hiver.


Pour lire la suite, il faut acquérir le livre !


A 15 euros: C’est ICI !
Uniquement sur commande ou dans ma boutique: ICI !
Livre d’artiste sur commande au prix de 80 euros.
Chaque couverture de livre des 33 exemplaires est unique.