Les montreurs d’hommes

2009. Jean-Paul Gavard-Perret

Zéro de conduite forcée.
De conduite zérotique ou zhéroïque parfois.
D’un rose cendré de fessée
Chez les écoliers buissonniers qui le vendangent…



Les montreurs d'homme (1)Le un se veut multiple

Mais c’est une illusion d’optique.
Un est un autre.
C’est le caprice des lueurs couchantes,
Le retard des trains du soir.


Les montreurs d'homme (2)Deux se veut éternel.
Il est fait l’un pour l’autre.
Mais par sa forme escarpée la question est posée :
Peut-on se fier longtemps à lui ?


Les montreurs d'homme (3)Trois de liaison et de rendez-vous.
Se conjugue au théâtre ou dans les hôtels de gare.
Deux y laisse son latin,
Ses pommes troubles et la tourbe des regrets.


Les montreurs d'homme (4)

Quatre de belote.
Douillettement hagard.
Sa nageoire lui coupe sa dorsale
Tandis que sa hampe voudrait le faire passer
Pour l’étrave d’un paquebot.



Livre d’artiste sur commande au prix de 80 euros.
Chaque couverture de livre des 33 exemplaires est unique.
Uniquement sur commande